Site Web de Quadrature

Vous pouvez également consulter le site de la revue à l'adresse suivante :
http://www.quadrature.info/

mardi 6 janvier 2015

Le bilan sur les MOOCs (Cours en ligne) , vu de Suisse

Dans un article récent de la Tribune de Genève, la journaliste Caroline Zuercher
a fait une étude-bilan des cours en ligne ouverts à tous. 
L'acronyme pour désigner ces cours est d'ailleurs tiré de l'anglais : MOOCs signifiant massive open online courses. Le cap du million d'inscrit au cours de l'EPFL à l'échelle mondiale devrait être franchi en 2015.
En suisse dans ce domaine l'EPFL fait fugure de leader alors que l'EPFZ se montre plus prudente.
Quels sont les avantages et les inconvénients respectifs ?
Caroline Zuercher indique que cela permet à l'Université en question d'augmenter
sa visibilité et de se faire connaître, ainsi que de proposer des cours en français dans un domaine
dominé par les américains.
Pour ce qui est des inconvénients, La rédactrice en chef de Thot Cursus notait en 2013
que ces formations ne couvraient pas les régions les plus déshéritées d'Afrique (manque de couverture internet et d'ordinateurs), et que d'autre part le taux d'abandon y est très fort, puisque
10% à peine des inscrits parviennent au bout de la formation et se font certifier. Mais entre 25 et 30 % abandonnent après la première leçon. Il faut payer 50 dollars cette certification, qui n'est pas un diplôme officiel. Il peut donc y avoir un bénéfice financier pour l'Université important. Mais comment assurer la validité de cet examen ?
Lino Guzzella le directeur de l'EPFZ signale qu'une grande école doit
enseigner comment penser et que pour ça le contact direct avec
un professeur et essentiel et irremplaçable.
Ces cours assurent une ouverture sur le monde.
 En bref, si avec la « mondialisation qui mondialise »
 il est impossible de ne pas participer à cette pratique, on peut le faire a des niveaux d'enthousiasme divers ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire