Site Web de Quadrature

Vous pouvez également consulter le site de la revue à l'adresse suivante :
http://www.quadrature.info/

lundi 24 septembre 2018

L'hypothèse de Riemann démontrée ?

C'est ce que prétend le mathématicien anglo-libanais Michael Atiyah, Médaille Fields et prix Abel.
Pour avoir plus de détails consulter ce lien :
https://www.newscientist.com/article/2180406-famed-mathematician-claims-proof-of-160-year-old-riemann-hypothesis/
Il semblerait que cette nouvelle soit pour l'instant accueillie avec scepticisme, ou plutôt prudence...

mardi 18 septembre 2018

Pourquoi les mathématiques peuvent-elles expliquer le monde

L'IHP invite, ce jeudi 18h, pour ses conférences Grand Public l'astrophysicien Mario Livio sur le thème "Pourquoi les mathématiques peuvent-elles expliquer le monde?" autour de son dernier livre chez Odile Jacob Editions .
Détails et inscriptions (gratuites) en suivant ce lien:
http://www.ihp.fr/fr/breve/conference_grand_public/20_septembre

Résumé :
Les mathématiques décrivent avec une incroyable précision les phénomènes physiques, mais elles parviennent aussi, via la statistique, à simuler les comportements les plus "humains" qui soient.
Comment se fait-il que des raisonnements abstraits, complètement étrangers à notre réalité, finissent toujours par trouver une application ? Faut-il en conclure, comme les platoniciens, qu'il existe une réalité mathématique distincte de la nôtre, ou, comme les constructivistes, que les mathématiques progressent et évoluent en fonction de nos besoins ?
De Pythagore et Euclide à Descartes, de Newton à Einstein, tous les mathématiciens se sont un jour posés cette question. Et l'on est passé d'un "Dieu mathématicien", encore présent chez George Boole, père de la logique mathématique, à un Homo mathematicus façonné par l'évolution et capable d'appréhender le réel avec des outils mathématiques de plus en plus sophistiqués.
C'est cette histoire pleine de rebondissements inattendus que nous racontera Mario Livio.

lundi 17 septembre 2018

La fête de la science 2018 au musée du CNAM,

A l'occasion de la semaine de la fête de la science 2018, la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles en collaboration avec le musée du CNAM organisent des visites /conférences au musée du CNAM à destination de classes de lycéens, y compris de filières non scientifiques, mais aussi à destination des enseignants, voire du grand public.

Les groupes sont accueillis sur une demi-journée structurée en deux temps.
  • Le premier temps est consacré à une visite déambulatoire des classes d’élèves encadrées chacune par un médiateur scientifique du Musée des arts et métiers et organisée autour d’objets du musée. Cette partie retrace l’historique de l’objet/invention, son impact et son développement technique dans la société.
  • Le deuxième temps est consacré à un exposé plénier d’un conférencier en mathématiques, proposé par la SMAI et le comité de pilotage du cycle qui décrit l’apport et les liens des mathématiques à l’un des objets/inventions vus dans la première partie. Le but est d’expliquer, par exemple, comment cette invention et l’analyse mathématique se sont combinées pour la découverte de cette invention, son perfectionnement ou sa valorisation éventuellement en liaison avec avec d’autres domaines scientifiques, comme la physique, la mécanique, l’informatique… et comment cet apport a permis à cette invention de continuer à se développer sous des formes plus complexes de nos jours.
Il reste encore des places, pour les réservations de groupes scolaires et les invitations individuelles,prendre contact par mail : cycle_smai_cnam@emath.fr - (nombre de places limité).
http://smai.emath.fr/spip.php?article643

  • Séance du 9 octobre 2018 Benoit Perthame (professeur à Sorbonne Université) conférence intitulée « Turing et les formes dans la nature » en liaison les machines de calculs (Cray2, Machine de Bollée, Machine à calculer de Pascal).
  • Séance du 10 octobre 2018 Julie Delon (professeure à l’université Paris Descartes) conférence intitulée « Capturer et transmettre des images : de l’argentique au numérique » , en liaison le bélinographe.
--

Les Sciences contre la violence à l'école


jeudi 13 septembre 2018

60 ans de l'IHES à la Sorbonne


L'IHES fête ses 60 ans le 16 octobre à la Sorbonne à partir de 20 heures (https://www.ihes.fr/wp-content/uploads/2018/06/180606_Celebrations_Presse-1.pdf)

À travers une série d’interventions courtes et variées, des personnalités visionnaires partageront leurs parcours, leurs découvertes et surtout leur passion pour la recherche scientifique.
Cet événement inédit sera animé par Mathieu Vidard, journaliste et décrypteur de l’actualité scientifique.

Invités : Cédric Villani, Claire Voisin, Thibault Damour, Olivier Peyon, Hugo Duminil-Copin, Malek Boukerchi, Laure Saint-Raymond, Bruce Benamran, Jean-Laurent Bonnafé.

Le lien pour les inscriptions individuelles est : https://savant-melange.ihes.fr/

CALCUL ANTIQUE

Alain Schärlig et Jérôme Gavin.tiendront un atelier de calcul antique lors d’une journée thématique sur le site des Mosaïques romaines d’Orbe-Boscéaz le dimanche 16 septembre 2018. La mosaïque d’Achille à Scyros, qui en temps normal est recouverte, sera exceptionnellement ouverte durant cette journée. 

Ensuite, et toujours sur le thème du calcul antique, ils donneront prochainement deux conférences :
Les calculii : comment les Romains calculaient avec des cailloux, Muséum de Genève, organisée par la Société des Amis du Muséum, le 22 novembre 2018 à 19h00.
Comment les Romains calculaient avec des cailloux, Naturhistorisches Museum de Berne, organisée par l’Université des Aînés de langue française de Berne (UNAB), le 13 décembre 2018 à 14h00.
Le 24 janvier 2019, ils  donneront une conférence intitulée Sur les doigts jusqu’à 9'999 ! Ou comment les Anciens montraient de très grands nombres sur leurs doigts, et à quoi cela leur servait, au Muséum de Genève, organisée par la Société des Amis du Muséum, à 19h00

jeudi 6 septembre 2018

Le Parcours Fourier

Notre collègue Alain Juhel vient de mettre au point un "parcours Fourier" dans la capitale 
à  l'occasion des prochaines Journées du Patrimoine, mais
 il peut se faire à tout moment.
Vous n'avez qu'à suivre le guide ici :
http://www.mathouriste.eu/Fourier/Parcours_Fourier-Paris.pdf
Il y a aussi deux autres circuits, à Auxerre et Grenoble, qui sont accessibles depuis sa
page d'accueil :
http://www.mathouriste.eu/

mardi 4 septembre 2018

Bourse Séphora Berrebi

La Bourse Séphora Berrebi est dédiée aux jeunes 
chercheuses en Mathématiques et en Computer Science.
L'appel à candidatures pour la deuxième édition est ouvert jusqu'au 18 
novembre 2018 à minuit.
Les candidatures doivent être déposées sur le site de l'association 
associationsephoraberrebi.org


Pour toute information, les candidates sont invitées à contacter 
sephoraberrebischolarship@gmail.com
La cérémonie de remise des bourses aura lieu début 2019.



Cette association  a été créée en mémoire de  
Séphora Esther Haya Berrebi, 
Jeune fille talentueuse, frappée par un glioblastome à l'âge de dix-huit ans. Elle l'a combattu de toutes ses forces, avec détermination, énergie, humour et optimisme pendant plus de trois ans.

samedi 1 septembre 2018

Mathématisation de la physique

Le point de vue d'un philosophe, Jean Pierre Castel, disponible à cette adresse :
 Le résumé :
La science moderne : une révolution physique qui permit la mathématisation du temps
On ne peut mathématiser que lorsque l’on a identifié les bons concepts physiques, l’outil mathématique n’intervenant qu’après coup, en vue de leur formalisation et de la description des relations entre les concepts. La mathématisation de la physique était en marche depuis l’époque hellénistique, mais la théorisation du mouvement était restée en panne. C’est la découverte au XVIIe siècle d'un principe physique, le principe d’inertie, qui permit de débloquer la situation, c'est-à-dire de reprendre le processus de mathématisation. C'est grâce aux nouveaux concepts physiques d'inertie et de gravitation que Newton pu enfin résoudre l'énigme du mouvement.
Une remarque :
Bon, à mon avis, ça se discute, parce que l'outil mathématique, c'est au départ les coniques, les trajectoires elliptiques de Kepler, et  ça c'est bien des mathématiques, non ?